« Unveiling the Menacing Alliance: Sargassum, Vibrio Bacteria, and Plastic Form the Perfect Pathogen Storm in Our Oceans »

 

Copyright – Sargassum Monitoring

The interplay between Sargassum spp., plastic marine debris, and Vibrio bacteria has been uncovered in a new study, revealing a concerning « pathogen » storm that affects marine life and public health. Vibrio bacteria, known to be the leading cause of death in humans from the marine environment, including flesh-eating bacteria, pose a significant threat. Since 2011, Sargassum, a type of brown macroalgae, has been rapidly expanding in the Sargasso Sea and other open ocean areas, leading to unprecedented accumulation events on beaches. Plastic marine debris, which persists longer than natural substrates, has become a global concern.

Little is known about the ecological relationship between vibrios and Sargassum, and there has been a lack of genomic evidence regarding the potential infection of humans by vibrios colonizing plastic marine debris and Sargassum. As efforts to repurpose Sargassum continue, concerns arise about the triple threat to public health posed by these substrates.

Researchers from Florida Atlantic University and collaborators conducted a study in which they sequenced the genomes of 16 Vibrio strains isolated from various sources, including eel larvae, plastic marine debris, Sargassum, and seawater samples from the Caribbean and Sargasso seas. They discovered that Vibrio pathogens have the ability to adhere to microplastics, suggesting an adaptation to plastic. The researchers also found that the attachment mechanism used by microbes to stick to plastics is similar to that used by pathogens.

The study, published in Water Research, revealed that open ocean vibrios represent a previously undescribed group of microbes, some of which may be new species. These microbes possess a combination of pathogenic and low nutrient acquisition genes, reflecting their habitat and the substrates and hosts they colonize. The study also assembled the first Vibrio spp. genome from plastic debris using metagenome-assembled genome (MAG) techniques.

The researchers identified vertebrate pathogen genes related to cholera and non-cholera bacterial strains. Phenotype testing confirmed the potential pathogenicity of these strains through rapid biofilm formation, hemolytic and lipophospholytic activities. The study also revealed the presence of zonula occludens toxin or « zot » genes, which increase intestinal permeability and are associated with Vibrio cholerae. These genes indicate that these vibrios may enter the gut, causing infections and leading to leaky gut syndrome and diarrhea. The waste nutrients released as a result of the infection could stimulate the growth of Sargassum and other organisms in the surrounding environment.

The findings suggest that some Vibrio spp. in this environment have an « omnivorous » lifestyle, targeting both plant and animal hosts, while being able to survive in low-nutrient conditions. With increasing interactions between humans, Sargassum, and plastic marine debris, the microbial flora associated with these substrates could harbor potent opportunistic pathogens. Notably, cultivation-based data indicate that beached Sargassum may contain high amounts of Vibrio bacteria.

The study’s lead author, Tracy Mincer, emphasizes the need to raise awareness about the risks associated with these microbes and their potential to cause infections. The public should exercise caution regarding the harvest and processing of Sargassum biomass until further exploration of the risks has been conducted.

 

Read the study: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0043135423004694?via%3Dihub

El sargazo paraliza la central eléctrica de Punta Catalina en la República Dominicana

 

Vuelve a operar Unidad 2 de Punta Catalina tras invasión de sargazo
La empresa informó que da seguimiento vía satélite al mar de sargazo para tomar medidas preventivas

Trabajadores de la central en labores de remoción del sargazo.

La Unidad II de la termoeléctrica Punta Catalina reinició la tarde de este domingo su entrada al Sistema Eléctrico Interconectado (SENI), luego de haber superado una dificultad en su operación, debido a la presencia de una gran cantidad de sargazo en la zona que la sacaron por completo de servicio.

Unidad II de la termoeléctrica Punta Catalina

La información fue colgada en la cuenta de Twitter de la entidad, colocado pasadas las 6:00 de la tarde.

La mañana de este domingo en una nota de prensa, la empresa informó que la Unidad II de la Empresa de Generación Eléctrica Punta Catalina salió temporalmente de operación, debido a la masiva llegada de sargazo en las últimas semanas.

Sostuvo que, en algunos casos, la llegada de sargazo ha llevado a una disminución de la capacidad de generación, mientras que en otros casos, como en la Unidad 2, la planta tuvo que ser sacada por completo.

« El sargazo sigue siendo un problema para las plantas de energía en el litoral sur de República Dominicana y la termoeléctrica Punta Catalina no es una excepción », señaló.

La empresa informó que da seguimiento vía satélite al mar de sargazo para tomar medidas preventivas con el apoyo de la Armada de República Dominicana.

« Es importante destacar que el problema del sargazo no sólo afecta a la planta de energía, sino que también impacta a la economía local y a los residentes de la zona. La empresa está comprometida a trabajar con las autoridades y otras partes interesadas para encontrar soluciones a largo plazo a este problema« , declaró.

Publicado en Santo Domingo – 07 / May. / 2023 .

Fuente : https://www.diariolibre.com

A new voice to speak out loud about Sargassum Seaweed

A new voice to speak out loud about Sargassum Seaweed!

The mundial phenomena of Sargassum Seaweed invasion is drawing more and more attention from the population. A new voice to talk about the matter to the world is the one of Brian Shields in his very interesting podcast named Earth QC, about occuring natural events such as Earthquakes, Tsunamis, Volcanoes, Wildfires, and Meteors.

Brian Shields WFTV – EarthQC

We definitely liked the idea of Brian Shields – also known as Mr Weatherman  on wftv9 – to help the people follow the journey of the algae and show evidences of the damages all along the coast of the Caribbean. He does the job perfectly and we can definitely tell about his great experience by the passion he puts in his podcast.

Brian Shields on EarthQC
Brian Shields also known as Mr Weatherman – on EarthQC

This entire podcast here: https://www.youtube.com/watch?v=LAiUesC2zmc

We have been meeting each other and decided to start a new collaboration in order to help you all be updated about the reach of sargassum arrivals. This matter will be one of the biggest challenges to face, regarding the results of the world pollution. We think, as Brian Shields do, that it is necessary to keep you posted.

Brian Shields on EarthQC

The total mass of the sargassum seaweed is said to rise at a rate of at least 10% per year. In the sea, this species of seaweed would already represents at his highest spike of the year more than 20 millions of tons. We are speaking of a growth of more than 2 millions tons per year, and this amounts are definitely coming to our shores!

 

You can visit his channel right here EarthQC

We would like to thank Brian Shields for its involvement in the sargassum seaweed situation and we wish him the best of luck and success on his new journey as an independent meteorologist.

MÉTÉO FRANCE : 02/05/2023 Prévisions d’échouements d’algues sargasses

 

Saint Martin / Sint Maarten – Saint Barth:

Carte de risques d’échouements pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 4/5

Prévisions pour les 4 prochains jours:
Analyse sur la zone Antilles / Guyane:
De très nombreux radeaux sont toujours détectés sur au moins 3000km à l’Est de l’arc antillais. Ces détections se trouvent le plus souvent dans des méandres, mais leur grand nombre suffit à menacer nos îles d’échouements futurs. Le courant des Guyanes et celui des Antilles, quant à eux, sont bien définis et tracent une trajectoire bien définie pour les sargasses venues du sud­ est en directions des îles françaises.
Entre Trinidad et Barbade et dans l’est de cette dernière île, des amas, filaments et radeaux sont maintenant bien présents. Au large de la Guyane, les détections sont plus difficiles masquées par la couverture nuageuse.

Analyse autour des Iles du Nord:
Un arrivage conséquent en cours
Les images du 28 avril au 1er mai ont été analysées. Les flux dominants autour de l’archipel sont du sud­ est.
Saint­ Barthélemy est très nettement entourée d’une vague de très nombreux radeaux d’assez petites tailles. Les arrivages sont en cours sur l’Est et le Sud­ Est de l’île et vont se poursuivre durant toute la période. Cette même vagues touche déjà la partie hollandaise de Saint­ Martin. Les premiers radeaux vont accrocher l’Est de la partie française en fin de journée ou cette nuit.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
La menace d’arrivages ne faiblit pas
Au vu des dernières détections, il faudra encore s’attendre à de nombreux échouements dans la prochaine quinzaine. L’alimentation par le Sud à Sud­ Est, et la zone équatoriale s’est mise en place. Les premiers radeaux sont entre Trinidad et Barbade.


 

Guadeloupe:

Carte de risques d’échouements pour les 4 prochains jours

Indice de confiance : 4 /5

Prévisions pour les 4 prochains jours:

Analyse et prévisions autour de la Guadeloupe:
Les arrivages deviennent plus ponctuel et épars.
Les images du 28 avril au 1er mai ont été analysées. Les flux dominants autour de l’archipel sont d’est à sud est.
Dans le canal de Guadeloupe de nombreux radeaux ou filaments transitent vers la Mer des Caraïbes sans être une menace pour nos îles.
Deux gyres de petite taille, l’un à 10km au nord­ est de la Vigie et l’autre à 15 km au nord de la Désirade, rabattent une constellation de nombreux petits radeaux vers la côte Nord ­Est de la Grande­ Terre. De nombreux arrivages de petites tailles sont donc à prévoir pour les 4 prochains jours sur cette zone.
Peu ou pas de radeaux au sud de la Désirade. Les premiers radeaux menaçant cette île sont à plus de 10 km dans l’est à sud­ est de celle-­ci. Pas d’arrivages notables durant les 2 prochain jours.
Entre Marie­ Galante et Le Papillon, on détecte encore les derniers filaments ou radeaux de la vagues d’arrivages précédente non loin des côtes. Encore quelques arrivages ponctuels, ici ou là, aujourd’hui et cette nuit, sur le sud de la Grande­ Terre et l’est de la Basse­ Terre. Par la suite une accalmie nette se dessine, radeaux devant plus rares et épars.
L’est et le sud­ est de Marie­ Galante reste chargé de petits radeaux épars, parfois organisés en filaments. Les arrivages ponctuel mais parfois répétitifs vont se poursuivre durant les 4 jours. Les Canaux des Saintes et de Dominique sont chargés de radeaux de petites tailles et de filaments. Les arrivages répétitifs par vagues restent donc d’actualité pour les Saintes.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
La menace d’arrivages ne faiblit pas
Au vu des dernières détections, il faudra encore s’attendre à de nombreux échouements dans la prochaine quinzaine. L’alimentation par le Sud à Sud­ Est, et la zone équatoriale s’est mise en place. Les premiers radeaux sont entre Trinidad et Barbade.


 

Carte de risques d’échouements pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 4/5

Prévisions pour les 4 prochains jours :

Analyse autour de la Martinique:
Échouements occasionnels au Sud et Sud ­Est
La plus récente image révèle la présence de filaments de Sargasses au niveau du canal de Ste­ Lucie et au Sud ­Est de l’île (environ 100 km). L’ensemble est poussé par des dérives Sud à Sud ­Est et devrait impacter les plages s’étendant de St­ Anne au Diamant et le littoral au Sud de cap Est. Les plages au Nord du François devraient être concernées dans une moindre mesure. Les échouements devraient être occasionnels sur les 4 prochains jours. Côté Atlantique, les dernières détections font état de bancs évoluant à plus de 30 km du littoral réduisant de fait la possibilité d’échouements.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
La menace d’arrivages ne faiblit pas
Au vu des dernières détections, il faudra encore s’attendre à de nombreux échouements dans la prochaine quinzaine. L’alimentation par le Sud à Sud ­Est, et la zone équatoriale s’est mise en place. Les premiers radeaux sont entre Trinidad et Barbade.


 

Carte de risques d’échouements pour les 4 prochains jours :

Prévisions pour les 4 prochains jours:

Analyse à proximité des côtes Guyanaises:
Risque faible
Il n’y a quasiment aucune détection de sargasses près des côtes guyanaises ces derniers jours mais la couverture nuageuse rend difficile l’exploitation des images satellites. Il est donc possible que certains radeaux soient présents mais non détectés. Pour autant, vu le suivi des dernières semaines, s’il y a des radeaux non détectés, ils sont peu nombreux et le risque d’échouement reste faible (quelques échouements
possibles mais isolés et ponctuels).

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Les détections sont difficiles mais quelques échouements sont possibles.
Quelques radeaux sont détectés au large des côtes guyanaises et du Brésil. Des échouements restent donc possibles sur les côtes du département. Les bancs seront tout de même majoritairement emportés par le courant des Guyanes vers les Antilles.

Tendance pour les 2 prochains mois :
Faibles détections en zone équatoriale sous une forte couverture nuageuse. Échouements encore forts probables surtout aux Antilles.
Les algues sargasses sont encore bien présentes au large sur l’Atlantique sur une zone très étendue. Toutes n’arriveront pas jusqu’à nous, mais elles constitueront un réservoir pour la saison qui commence. Du côté de la zone équatoriale, les détections sur la dernière semaine semblent annoncer des remontées d’algues par le Sud à Sud­ Est pour les Antilles, via les courants classiques à long terme, et au moins des
passages dans les eaux guyanaises à plus court terme.

 

Source : Météo France – Sargasses 2023

Sargassum Monitoring, site de vérification Météo France

MÉTÉO FRANCE : 27/04/2023 Prévision d’échouements d’algues sargasses

Saint Martin / Sint Maarten – Saint Barth:

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 4/5

Prévisions pour les 4 prochains jours:
Analyse sur la zone Antilles / Guyane:
De très nombreux radeaux sont toujours détectés sur au moins 3000km à l’Est de l’arc antillais. Ces détections se trouvent en ce moment dans des courants faibles et désordonnés, mais leur grand nombre suffit à prévoir des échouements sur nos îles. Le courant des Guyanes et celui des Antilles, quant à eux, sont bien définis et tracent une sorte de routes pour les sargasses, peu de radeaux y sont présents
actuellement.

Analyse autour des Iles du Nord:
Des arrivages ponctuels mais parfois répétitifs en cours
Les images du 26 au 27 ont servi à cette analyse.
Dans un flux de secteur est dominant, de nombreux petits radeaux souvent organisés en plus ou moins longs filaments, surtout dans l’est à sud ­est de Saint­ Barthélemy et au sud ­est de Saint­ Martin, sont poussés vers les deux îles et le canal de Saba. Ils sont la source d’un arrivage plus ou moins répétitifs sur
le littoral Est de Saint­Barthélemy et d’une partie de Saint­Martin, surtout en partie hollandaise.
A l’est de Saint­ Martin, de nombreux petits radeaux assez épars sont en cours de rapprochement. Les premiers devraient toucher ici ou là, l’Est et le Nord­ Est de Saint­ Martin aujourd’hui.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
De nombreuses détections sont présentes à l’Est.
Au vu des dernières détections, il faudra encore s’attendre à des échouements dans la prochaine quinzaine.
L’alimentation par le Sud, et la zone équatoriale s’est mise en place. Les premiers radeaux ont atteint Trinidad et Tobago.


 

Guadeloupe:

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours

Indice de confiance : 4 /5

Prévisions pour les 4 prochains jours:

Analyse et prévision autour de la Guadeloupe:
Des arrivages en cours localement importants
Les images du 26 au 27 avril ont servi à cette analyse.
De nombreux radeaux et filaments, parfois de taille notable, transitent en ondulant dans le canal de Guadeloupe dans un flux de secteur est à sud ­est. Dans les premiers 20 km au nord de la Désirade, un long filament est la source d’un arrivage en cours sur le littoral du Nord­ est de la Grande ­Terre. D’autres algues contournent la Pointe de la Vigie.
L’île de la Désirade est entourée par un long filament. La partie au sud de l’île de ce filament semble avoir du mal à évacuer et semble réagir surtout aux courants de brises ou de marées et menace directement le littoral proche.
Plus au sud de la Désirade et de la Grande­ Terre de nombreux radeaux, certains de taille parfois notable, progressent assez lentement vers l’ouest. Certain le long des côtes de la Grande­ Terre sont la source d’arrivages parfois notables au gré des phénomènes locaux de brises.
A l’est de la Basse­ Terre, le flux maintient à quelques encablures de la côte de nombreux filaments qui menacent à tous moments le littoral d’un échouement notable. Cela est surtout le cas dans le petit cul de Sac ­Marin devant Petit­ Bourg.
A l’Est et Nord­ Est de Marie­ Galante de nombreux radeaux sont en cours de rapprochement, ils sont la source d’arrivages en cours pour cette île.
Entre Marie­ Galante et les Saintes et surtout dans les canaux voisins des Saintes, des radeaux et de très longs filaments, évacuent vers la Mer des Caraïbes. Nombreux sont ceux qui accrochent et accrocheront le Sud et l’Est des Saintes.
Plus au large, entre 10 et 80 km dans l’Est à Sud ­Est de l’archipel plusieurs vagues importantes de radeaux, amas ou filaments sont en rapprochement direct de nos îles. Les premières algues de la prochaine vague déferleront sur le nord­ est et l’est de Marie ­Galante et le sud de la Désirade dès ce week­end. Le reste de l’archipel sera touché progressivement au cours de la semaine prochaine.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
De nombreuses détections sont présentes à l’Est.
Au vu des dernières détections, il faudra encore s’attendre à des échouements dans la prochaine quinzaine. L’alimentation par le Sud, et la zone équatoriale s’est mise en place. Les premiers radeaux ont atteint Trinidad et Tobago.


 

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 3/5

Prévisions pour les 4 prochains jours :

Analyse autour de la Martinique:
Accalmie ponctuelle en Atlantique
En dépit d’une couverture nuageuse bien présente, la plus récente image révèle la présence de filaments de Sargasses dans le canal de Ste­ Lucie et à proximité du littoral Sud­ Est de l’île (entre 2 et 8 km). L’ensemble est poussé par des dérives Sud à Sud ­Est et devrait impacter les plages s’étendant du Diamant à St ­Anne. Concernant la façade Atlantique, quelques radeaux devraient s’approcher du littoral et privilégier les zones de concentration tel que le Robert. Cependant le risque semble peu élevé. De même, bon nombre de radeaux évoluent à proximité immédiate du
littoral Caraïbes (entre 5 et 12 km). Le contexte actuel de panne d’Alizés pourrait éventuellement favoriser leur approche du littoral par petits paquets.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Toujours un risque d’échouements fréquents.
De nombreuses détections sont présentes à l’Est des Antilles. Des échouements sont donc à prévoir pourles deux prochaines semaines malgré une désorganisation du courant déplaçant une partie de ces radeaux.


 

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

Prévisions pour les 4 prochains jours:

Analyse à proximité des côtes Guyanaises:
Peu de détections mais quelques échouements possibles.
Quelques radeaux sont détectés à environ 200km des côtes guyanaises. En revanche, la présence non détectée de quelques bancs de sargasses plus proches des côtes est possible en raison de la couverture nuageuse. Des rabattants sont présents sur l’Est des côtes guyanaises, des échouements sont donc possibles sur cette partie du département. Ces bancs seront majoritairement emportés par le courant des Guyanes vers le Nord­ Ouest.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Risque faible d’échouements.
Au large des côtes guyanaises, les détections restent peu nombreuses et le risque d’échouement présent mais toujours faible.

 

Source : Météo France – Sargasses 2023

Sargassum Monitoring, site de vérification Météo France

Untold Mass of Sea Trash Lurks in Seaweed Piling Up in Florida

Over the last year, Stetson University student Charlotte Kraft has been looking into how much plastic is ending up in the sargassum washing ashore Florida beaches. Photo by Wendy Anderson

Sargassum seaweed is bringing more than just a putrid smell to South Florida beaches.

In a new study, Stetson University student Charlotte Kraft and environmental science professor Wendy Anderson have discovered that a strikingly high proportion of the stinky brown seaweed piles arriving on shore consists of seaborne plastic pollutants.

« We have a lot of single-use plastics and microplastics that are out in the ocean, » Kraft tells New Times. « They get broken down into smaller pieces, such as plastic nurdles, balloons, ribbons, microfibers, and fishing line ropes. I have a whole slew of different things I found in there. »

Floridians should be familiar with the seaweed, algae under the genus sargassum, as it has been forming in an expansive belt in the Atlantic Ocean and landing on beaches for ages. But over the last decade, the belt has been getting larger and forming earlier in the year, bringing heavy deposits of seaweed to South Florida shorelines months in advance of the typical summer arrival.

Though research is ongoing to pinpoint the cause of the ballooning seaweed formation, Kraft and other scientists suggest that it’s linked to nutrient-polluted outflows from South America.

« It gets fed from the nitrates that come from the Amazon River Basin, which is why it’s been growing bigger along with climate change recently, » Kraft hypothesizes. « It’s why it’s been washing up on our beaches way more often. »

As blobs of this year’s 5,000-mile stretch of sargassum have begun stinking up beaches in Florida over the last few weeks, Kraft has collected samples of the seaweed to see how much single-use plastic ends up entangled in it.

« Maybe we could be benefiting from all of the sargassum washing ashore in better ways if we didn’t have so much plastic in the ocean, » Anderson says. « Ultimately to us, it takes it back to: how do we stop the use of single-use plastic? »

Kraft says that 17 percent of the dry mass of a recent seaweed sample collected off a Palm Beach County beach was made up of plastic. She previously determined that plastic made up 3.4 percent of the mass of a sample from Volusia County. As part of her research, she has been tallying the types of plastics she is seeing, from fishing line to bottle caps.

The sargassum collected off of a beach in Palm Beach County. Photo by Charlotte Kraft

Local governments have typically disposed of the stinky seaweed by collecting it from the shoreline and dumping it into landfills. The Miami Herald recently reported Miami-Dade County is looking to spend $6 million this year on seaweed cleanup.

While proposals have been mounting to convert the sargassum into fertilizer and compost to make better use of it, the plastic pollution may interfere with those efforts unless the contaminants can be easily and quickly removed, Anderson says.

« We have to sit here and spend hours picking out those macroplastics and microplastics, » Anderson tells New Times. « We’re not talking about big chunky things like whole plastic water bottles. Even just to get out the small particles, the microplastics, and the things that are like fibers of fishing rope, it’s hard. »

Anderson and Kraft describe an arduous process of trying to untangle the plastics from the seaweed. At times, the pair haven’t been able to remove some of the pieces that are so intertwined into the algae.

« The really teeny tiny bits can even get incorporated into the tissues of the sargassum, » Anderson says. « It kind of becomes one with the tissue. »

Some of the microplastics found in the sargassum sample from Palm Beach County. Photo by Charlotte Kraft

The researchers say that limiting the preponderance of single-use plastics is crucial so that they do not end up in the ocean endangering marine life and contaminating a beneficial resource like sargassum that serves as an important ocean habitat for newborn sea turtles and other marine life.

« The sargassum becomes like a big sweeper and that becomes a huge problem for the marine life and the creatures that eat this stuff on shore, » Anderson tells New Times. « The little willets, plovers, sanderlings, and shorebirds that skitter around on the beach — they pick at the various invertebrates that live in [the seaweed]. They’re picking those out as food, but they could also be grabbing chunks of plastic and getting that up in their digestive systems. »

The researchers stress the ecological impact of plastic pollutants and the need to tamp down our waste stream by using more sustainable products. In the meanwhile, they say, the seaweed is playing a role in clearing out the unending stream of human refuse that makes its way out to sea.

« Granted, we don’t want it on our beaches or in our ocean, but it is almost like nature’s way of helping us clean the ocean. » Kraft tells New Times.

 

Source: Miami New Time April 12th 2023

MÉTÉO FRANCE : 06/04/2023 Prévision d’échouements d’algues sargasses

Saint Martin / Sint Maarten – Saint Barth:

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 3/5

Prévisions pour les 4 prochains jours:
Analyse sur la zone Antilles / Guyane:
Les images du 1er au 4 avril ont été analysées. La situation ne change pas sur l’atlantique, les détections sont vraiment nombreuses partout à l’est de l’arc antillais, sur près de 3000 kilomètres. L’approvisionnement en sargasses est donc conséquent et quasi ­ininterrompu. Au large de la Guyane, les détections restent assez isolées.

Analyse autour des Iles du Nord:
Un arrivage relativement continu
Les images du 1er au 4 avril ont servi pour faire cette analyse. Dans un flux de secteur est dominant de nombreux petits radeaux plus ou moins épars, parfois organisés en petits filaments, surtout près de Saint­ Barthélemy, sont poussés vers les deux îles françaises et les canaux avoisinant. Ils sont la source d’un arrivage plus ou moins continu sur le littoral Est de Saint ­Martin et Saint ­Barthélemy.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Toujours des arrivages réguliers
Au vu de l’immense étendue de sargasses présente en Atlantique, le risque d’échouement est conséquent pour tout l’arc antillais au cours des prochaines semaines.

 


Guadeloupe:

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours

Indice de confiance : 4 /5

Prévisions pour les 4 prochains jours:

Analyse et prévision autour de la Guadeloupe:
Les arrivages en cours vont amplifier.
Les images du 1er au 4 avril ont servi pour faire cette analyse.
De nombreux petit radeaux et filament transitent dans le canal de Guadeloupe dans un flux de secteur est dominant. Quelques­ uns, dans les premiers 20 km au nord de la Désirade, sont poussés vers le littoral du Nord­ est de la Grande­ Terre.
Au sud de la Désirade et à l’est de Marie ­Galante un nombre très important de radeaux de taille plus ou moins petites progresse vers l’ouest. Ils seront la source d’un arrivage important, voire localement massif, durant la fin du week­end pascal et une bonne partie de la semaine suivante. Ces échouements seront sur les plages du Sud de la Grande  ­Terre, de l’est de la Basse ­Terre et des îles du Sud exposées au flux.
Pour le moment, entre le papillon et Marie­ galante plusieurs filaments progressent vers, l’ouest et sont la source d’arrivages ponctuels mais plus ou moins continus sur l’Est de la Basse­ Terre.
Dans le canal des Saintes et celui de Dominique de nombreux filaments, parfois assez longs, évacuent vers la Mer des Caraïbes. Mais certains d’entre eux accrochent le sud de la Basse­ Terre , les Saintes et Le sud ­est de Marie­ Galante.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Toujours des arrivages réguliers
Au vu de l’immense étendue de sargasses présente en Atlantique, le risque d’échouement est conséquent pour tout l’arc antillais au cours des prochaines semaines.

 


 

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 5/5

Prévisions pour les 4 prochains jours :

Analyse autour de la Martinique:
Échouements prévus mais quantités en baisse
Des échouements ont encore eu lieu ces derniers jours sur toutes les côtes de notre île. L’image haute résolution du 3 avril montre encore de nombreux filaments dans le canal de Ste­ Lucie et entre cette dernière et la Barbade. Les dérives se stabilisent de secteur Sud ­Est, et ces filaments vont venir s’échouer sur nos côtes. Les grosses quantités, au Nord et au Nord­ est de la Barbade et sur l’Atlantique à l’Est devraient se diriger vers le Nord de l’arc Antillais.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Toujours des arrivages réguliers
Au vu de l’immense étendue de sargasses présente en Atlantique, le risque d’échouement est conséquent pour tout l’arc antillais au cours des prochaines semaines.

 


 

Prévisions pour les 4 prochains jours:

Analyse à proximité des côtes Guyanaises:
Risque faible
Quelques radeaux isolés sont détectés au large de la Guyane. Quelques échouements sont envisageables sur nos côtes mais de façon très ponctuelle, le risque reste tout de même faible.
Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Risque faible
Au cours des 2 prochaines semaines, quelques petits échouements sont possibles sur les côtes guyanaises mais toujours de façon très isolée et ponctuelle car on ne détecte que quelques radeaux épars au large de la Guyane.

 

Source : Météo France – Sargasses 2023

Sargassum Monitoring, site de vérification Météo France

Florida, USA: Seaweed mass expands, reaches record tonnage. Messy Florida beaches ‘inevitable’

Beached sargassum surrounds a pair of sunbathers in Boca Raton on March 31, 2023. ROBYN WISHNA

We already knew South Florida beaches were bracing for a surge of seaweed, but the mass of seaweed looming in the Atlantic Ocean is now officially record-breaking. The Great Atlantic Sargassum Belt — the official name for the collection of floating brown seaweed that sprawls across 5,000 miles from the Gulf of Mexico to the west coast of Africa — contained about 13 million tons of seaweed by the end of March, according to researchers at the University of South Florida’s Optical Oceanography Lab who have been monitoring the sargassum belt via satellite.

This map from the University of South Florida Optical Oceanography Laboratory shows the sargassum bloom as of March 2023. Red areas have a higher density of seaweed. Courtesy of the University of South Florida Optical Oceanography Laboratory

That’s a new record for this time of year. Though it remains strung out over thousands of square miles of open ocean, it’s an omen of smelly, slimy beach days to come. In some places, including Boca Raton and Fort Lauderdale, large masses have already washed ashore or been spotted by boaters just offshore. “Major beaching events are inevitable around the Caribbean, along the ocean side of Florida Keys and east coast of Florida, although the exact timings and locations are difficult to predict,” the USF researchers wrote in their latest monthly sargassum bulletin.

A mat of sargassum bobs in the water off the coast of Fort Lauderdale just north of the Port Everglades inlet on April 2, 2023. Robyn Wishna

We only have ourselves to blame. Human activity and climate variability have caused sargassum blooms to get bigger since about 2011, according to Chuanmin Hu, a USF oceanography professor who is part of the sargassum observation team. Fertilizer runoff and sewage dumped into the ocean have fed sargassum more nutrients, while climate change has warmed ocean waters and given the seaweed a more hospitable environment in which to grow.

Beachgoers step around a mat of sargassum that washed ashore at Fort Lauderdale Beach near Sunrise Boulevard on March 31, 2023. Robyn Wishna

So far this year, South Florida beaches have only been hit sporadically with seaweed pileups. But it’s still early: The local seaweed season typically runs from May to October, with the peak coming in June and July, according to Tom Morgan, chief of operations at Miami-Dade County Parks, Recreation and Open Spaces. Miami-Dade County’s spending on seaweed cleanup has risen from $2.8 million during the 2020 sargassum season to $3.9 million during last year’s season. Now the county is asking the state Legislature for an extra $2 million to fund sargassum removal, which would bring this year’s total spending on seaweed cleanup to about $6 million. “I was just up there [in Tallahassee] a couple of days ago talking about this,” said Miami-Dade County Mayor Daniella Levine Cava, “because we’re spending in the range of $4 million per year and we are anticipating the need to spend more with the additional arrival” of seaweed on the beaches this year.

Heavy equipment starts cleaning seaweed from the seashore after a press conference by Miami-Dade County and City of Miami Beach elected officials announcing the county’s removal operation for sargassum/seaweed on Miami Beach on Friday, Aug. 2, 2019. Pedro Portal pportal@miamiherald.com

Most of Miami-Dade County’s seaweed budget goes toward removing the sargassum that piles up in four hot spots: beaches in Haulover just north of Haulover Cut; beaches in Bal Harbour just south of Haulover Cut; Miami Beach between 26th Street and 31st Street; and the beaches alongside South Pointe jetty. Last year, the county cleared 18,000 cubic yards of sargassum from these four areas. Most of it wound up in the county’s rapidly filling landfills. “Obviously, that’s not a great solution because the landfills have limited space,” Levine Cava said. The county is looking into the idea of composting the seaweed rather than dumping it, but has concerns about sargassum’s reportedly high concentrations of arsenic and other heavy metals, according to Lisa Spadafina, who runs the county’s Department of Environmental Resource Management. “Those are the things that we’re looking to address so that we’re not creating another problem by composting,” Spadafina said.

Sargassum washes ashore at Fort Lauderdale Beach near Sunrise Boulevard on March 31, 2023. Robyn Wishna

To be clear, sargassum itself is harmless to humans. It does harbor jellyfish, sea lice, and other stinging creatures that can irritate the skin — and the hydrogen sulfide it releases when it rots in the sun can aggravate breathing problems for people with pre-existing respiratory conditions, in addition to smelling like rotten eggs and making the beaches generally unpleasant for swimmers and sunbathers. But it’s also an important habitat and food source for many sea creatures and poses no threat to human health when beach maintenance crews promptly remove it or use machines to cut it up and mix it into the sand. During the peak of the sargassum season, Miami-Dade County crews do this each morning just after sunrise, after they’ve made sure there are no sea turtle nests nearby that might be disturbed by the heavy machinery. The 13 million tons of seaweed currently bobbing in the Atlantic Ocean won’t all come ashore on Florida beaches, and the fraction that does land here won’t come all at once — not even in hot spots. “Even Miami Beach won’t receive sargassum every week or every month,” said Hu. “That will depend on the tides and the wind.” In their latest sargassum bulletin, Hu and his colleagues also stressed that the sargassum belt isn’t one giant blob of uninterrupted seaweed, but rather a collection of “clumps and mats scattered randomly within the 5,000-mile Sargassum belt.” Within the belt, seaweed covers less than 0.1% of the ocean surface, on average. Because it’s so scattered, it can be hard to pinpoint how big the sargassum bloom is; for instance, the researchers said that their February estimate was low because of “persistent cloud cover in the eastern Atlantic” that blocked their satellites’ view of the sea.

 

Source: miamiherald.com 04/04/2023

Porto Rico : PESCADORES ENFRENTAN EL SARGAZO Y EL MAL TIEMPO EN SEMANA SANTA

La acumulación de grandes cantidades de sargazo en las costas del este y sureste de Puerto Rico son un problema para los pescadores durante la época de mayor demanda de pescado. Los obreros del mar explican que no han podido pescar las cantidades que les requieren los clientes para este período y denuncian también la falta de atención del Gobierno.

Acumulación de sargazo en Las Croabas, en Fajardo, el pasado 19 de junio de 2021. (Alex Figueroa Cancel)

En la Pescadería Vellón del barrio Buena Vista en Humacao, su propietario, Wilson Vellón, recibe una llamada telefónica de un cliente que le pregunta por el pescao disponible. El pescador responde que el inventario está limitado y que en cualquier momento del día siguiente la pesca podría acabarse sin la garantía de que traigan más.

Son cerca de las 10:00 de la mañana del martes de Semana Santa y en los congeladores de la Pescadería Vellón solo quedan algunas libras de colirubias, pargos, cotorros y boquicolorás. Como parte de la cultura religiosa y popular, esta es la semana de mayor demanda de pescado y marisco en Puerto Rico. Sin embargo, Vellón teme no cumplir este año con la gran demanda de los frutos del mar. El sargazo es la razón.

“El problema es que el sargazo se va al fondo del mar. Tú tiras la línea con anzuelos y con carnadas. Ese carnada llega al piso, pero el sargazo la tapa y el pez no la ve para comer”, explicó Vellón al Centro de Periodismo Investigativo (CPI).

Foto por Rafael Díaz Torres | Centro de Periodismo Investigativo

Don Wilson Vellón en su pescadería, al lado de Palmas del Mar en Humacao.
“Cuando el sargazo es mucho, la hélice [de la embarcación de pesca] sigue dando vueltas y acumula sargazo. Llega un momento en que la hélice se detiene. Si no se apaga el motor se puede esvielar porque la hélice está haciendo fuerza, pero no está moviéndose”, agregó el hombre de 75 años.

Toneladas de sargazo alcanzan récord histórico en 2023 en el Caribe y el Golfo de México
En los primeros tres meses de 2023, las toneladas de sargazo acumuladas sobrepasan por 6.8 millones de toneladas la cantidad del alga en la costa al compararse con el año pasado.

En lo que va de año, los meses de enero y marzo han roto récords en términos de la acumulación del sargazo en toneladas para las costas del Caribe y el Golfo de México, de acuerdo al informe mensual preparado por el Laboratorio de Oceanografía Óptica de la Universidad del Sur de la Florida. Mientras en enero se acumularon 8.7 toneladas de sargazo, en marzo la cifra fue de 13 millones.

“A pesar de que todavía falta para los meses pico de junio o julio, ya de por sí hay una señal de que el florecimiento del sargazo en los próximos meses podría ser el más grande que se documente, lo cual traerá impactos significativos”, dicen los expertos de la Universidad del Sur de la Florida en el informe mensual sobre las cantidades de sargazo en el Caribe y el Golfo de México.

El problema que representa la acumulación del sargazo en descomposición para la pesca fue también reconocido por el presidente de la Federación de Pescadores de Puerto Rico, Miguel Ortiz. Aunque el problema no es nuevo, se ha exacerbado en los últimos años y el líder de los pescadores lamenta que la falta de un plan para manejar el sargazo en Puerto Rico esté afectando la disponibilidad del producto durante la Semana Santa, que es cuando muchos pescadores realizan sus mejores ventas del año. Asimismo, las advertencias de mareas altas de algunas playas en los días de Semana Santa representan otro elemento de peligro al que se exponen los pescadores para lograr hacer su agosto.

“Se agrava más la situación cuando hay una demanda grande de pescado del país. Ahora mismo tenemos dos problemas: el problema de sargazo y el problema de la ventolera que está habiendo entre 25 a 35 millas de viento. Se nos hace bien difícil salir a pescar con estas condiciones del tiempo”, expresó Ortiz al CPI.

“Puedes hacer un anuncio de que tienes pescado para Semana Santa, pero la demanda es tan grande, que una semana antes de Semana Santa, le dan duro al pescado, se te vacía [el congelador] y después para ir a pescar, ahí es donde viene el problema de que te encuentras con sargazo, y te encuentras con la ventolera”, añadió el presidente de la Federación.

A principios de año, el gobernador, Pedro Pierluisi, firmó una ley que le ordena al Departamento de Recursos Naturales y Ambientales la elaboración de una plan de mitigación para manejar el sargazo en Puerto Rico. Sin embargo, el mes pasado la agencia todavía estaba recolectando datos e identificando presupuesto para trabajar el plan, según reseñó el CPI. De acuerdo a la ley, el plan de mitigación debía estar listo el 3 de abril, pero la agencia aún no ha presentado o divulgado los resultados de la gestión ordenada por el Gobierno.

“Con eso del sargazo no hemos recibido ningún tipo de apoyo, ni de la NOAA [Oficina Nacional de Administración Oceánica y Atmosférica], ni del [Departamento de] Agricultura, ni del [Departamento de] Recursos Naturales. Más bien están buscando para inventar y negociar con el sargazo, pero no para ayudar a los pescadores”, denunció Ortiz.

Vellón, por su parte, mostró preocupación por el hecho de que hace una semana no recibe pescado fresco de los colegas a quienes les compra el producto que pescan en las costas de los municipios de Humacao, Yabucoa y Naguabo. Esta escasez se la atribuye a las condiciones peligrosas del mar, además de la gran cantidad de sargazo en descomposición que se acumula cercano a las costas.

“Los freezers [congeladores] se me están vaciando. Hago una escamada hoy y mañana otra, y se acabó el pescado. Este es el mes en el que se hace el dinero del año, por Semana Santa. Imagínate que seas pescador y no puedas pescar en semana y media”, lamentó Vellón.

 

Fuente / Source: periodismoinvestigativo.com

MÉTÉO FRANCE : 03/04/2023 Prévision d’échouements d’algues sargasses

Saint Martin / Sint Maarten – Saint Barth:

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 4/5

Prévisions pour les 4 prochains jours:
Analyse sur la zone Antilles / Guyane:
Les images du 1er et 2 avril ont été analysées. La situation ne change pas sur l’atlantique, les détections sont vraiment nombreuses partout à l’est de l’arc antillais, sur près de 3000 kilomètres. L’approvisionnement en sargasses est donc conséquent et quasi­ ininterrompu. Au large de la Guyane, les détections restent
assez isolées.
Analyse autour des Iles du Nord:
Défilé dans un flux d’est à nord ­est.
Les images du 1er avril ont été analysées.
De nombreux radeaux et petits filaments à proximité des îles françaises.
Dans un flux d’est à nord­ est l’ensemble de ces sargasses défile vers la Mer des Caraïbes. Mais plusieurs d’entre eux accrochent le littoral exposé au flux de Saint­Martin et Saint­ Barthélemy, provoquant des échouements plus ou moins continus

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Toujours des arrivages réguliers
Au vu de l’immense étendue de sargasses présente en Atlantique, le risque d’échouement est conséquent pour tout l’arc antillais au cours des prochaines semaines.


Guadeloupe:

Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

Indice de confiance : 4 /5

Analyse et prévision autour de la Guadeloupe:
Encore des arrivages.
Les images du 1er avril ont été analysées.
Les alentours de notre archipel restent chargés en radeaux et filaments.
Dans le Canal de Guadeloupe plusieurs filaments défilent vers l’ouest en ondulant à cause de quelques méandres de surface. La plupart évacue en Mer des Caraïbes. Mais plusieurs petits filaments et radeaux plus ou moins épars vont accrocher le littoral Nord ­Est de la Grande ­Terre.
Au sud et à l’est de la Désirade, de nombreux radeaux ou très petits filaments avancent plus ou moins par vagues vers l’ouest. Ils viennent s’ajouter progressivement aux quelques longs filaments et radeaux épars présents entre Marie­ Galante et le papillon guadeloupéen. L’ensemble constituant une source relativement continue d’échouements pour les rivages de Marie­ Galante, Grande­ Terre et Basse­ Terre exposés au flux
d’est dominant.
Dans le Canal des Saintes et celui de Dominique de nombreux filaments et radeaux ondulent vers l’ouest et restent la source des arrivages surtout pour les deux îles du Sud.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Toujours des arrivages réguliers
Au vu de l’immense étendue de sargasses présente en Atlantique, le risque d’échouement est conséquent pour tout l’arc antillais au cours des prochaines semaines.

 


Carte de risque d’échouement pour les 4 prochains jours :

 

Indice de confiance : 4/5

Analyse autour de la Martinique:
Échouements prévus mais quantités en baisse
Depuis 3 jours, la situation de la Martinique face aux sargasses s’est améliorée. En effet, cela fait 3 jours que les dérives se sont stabilisées de secteur Sud ­est dans la zone Martinique – Barbade, Sainte ­Lucie. Si les conditions de dérives se maintiennent, seules les sargasses situées dans le triangle pré­cité nous intéresseront. Il y a effectivement des détections dans ce secteur. Les sargasses situées au Sud de la Barbade et le long de l’arc antillais pourront également remonter vers
nous. Mais les détections dans ce secteur sont encore assez éloignées. En synthèse, les radeaux arrivent par le Sud ­est, la côte la plus exposée est le Sud Atlantique, puis le Nord Atlantique dans une moindre mesure. Depuis 3 jours les dérives éloignent les radeaux du Sud Caraïbe dans le Canal de Ste ­Lucie. Les masses les plus importantes situées au large à l’Est devraient alors remonter vers Dominique et Guadeloupe.

Tendance pour les 2 prochaines semaines :
Toujours des arrivages réguliers
Au vu de l’immense étendue de sargasses présente en Atlantique, le risque d’échouement est conséquent pour tout l’arc antillais au cours des prochaines semaines.

 


Prévisions pour les 4 prochains jours:

Risque faible

Quelques radeaux isolés sont détectés au large de la Guyane. Quelques échouements sont envisageables sur nos côtes mais de façon très ponctuelle, le risque reste tout de même faible.

Tendance pour les 2 prochaines semaines

Risque faible

Au cours des 2 prochaines semaines, quelques petits échouements sont possibles sur les côtes guyanaises mais toujours de façon très isolée et ponctuelle car on ne détecte que quelques radeaux épars au large de la Guyane.

 

Source : Météo France – Sargasses 2023

Sargassum Monitoring, site de vérification Météo France